#menu-mobile

Choisissez la chirurgie qui vous correspond

retour

Reconstruction mammaire par lipostructure (ou lipomodelage)

Définition

Certains types de cancer du sein nécessitent malheureusement une mastectomie (encore appelée ablation du sein ou mammectomie). Pour autant, la reconstruction mammaire est possible.

 

Il est important toutefois de souligner qu’il n’y a aucune obligation dans le temps et que c’est à la patiente de décider si elle souhaite une reconstruction mammaire et à quel moment. La démarche reste personnelle et doit être le fruit d’une réflexion posée. Il est cependant très fréquent que la reconstruction morale suite à cette épreuve douloureuse s’accompagne de la reconstruction physique.

 

Plusieurs techniques existent pour reconstruire un sein. La technique utilisée par le chirurgien dépend de chaque patiente. En effet, suivant l’épaisseur de la peau, sa qualité, le volume à reconstruire, les antécédents médicaux de la patiente, le chirurgien utilisera telle ou telle technique.

 

Quelque soit la technique chirurgicale utilisée, il reste souvent des petites irrégularités de symétrie avec l’autre sein à corriger. On peut symétriser, voire dans de rares cas reconstruire complètement le sein, grâce aux transferts graisseux (encore appelés transferts de graisse ou lipostructure ou lipomodelage).

 

La technique consiste à prélever de la graisse à la patiente, à un endroit qui le permette (généralement, cuisses, hanches, ventre) et de la réinjecter dans le sein pour corriger son volume, ses irrégularités.

 

Cela reste une greffe de graisse, il faut donc que le site receveur revascularise la graisse greffée. Les évolutions permanentes des techniques chirurgicales permettent néanmoins d’avoir un risque de rejet très faible.

 

Le prélèvement de graisse suppose que le capital graisseux soit suffisamment important à un endroit du corps pour en prélever une partie. Il faut également que ce capital graisseux soit stable, toute variation de poids importante est une contre-indication. La patiente doit avoir trouvé son poids d’équilibre avant l’intervention.

 

Avant l'intervention

La lipostructure se pratique la plupart du temps dans un deuxième temps opératoire. Il faut laisser le temps à la reconstruction mammaire d’avoir pris sa place dans le corps de la patiente avant de corriger des éventuels défauts.

Lors de la consultation, le Dr Paradol auscultera la patiente permettant ainsi de localiser le site donneur (partie du corps sur laquelle sera prélevée la graisse).

 

Le chirurgien vérifiera l’imagerie médicale des deux seins et en prescrira une si la dernière est trop ancienne.

 

Lorsqu’une date d’intervention est fixée, un rendez-vous avec l’anesthésiste est programmé, au plus tard 48 heures avant l’intervention. Le chirurgien prescrira un bilan sanguin et si besoin, un bilan radiologique (mammographie et/ou échographie mammaires).

 

Le tabac peut retarder la cicatrisation avec un risque que la greffe de graisse ne prenne pas. L’arrêt du tabac est donc recommandé au moins trois semaines avant l’intervention.

Définition

Dans le cadre d’une reconstruction mammaire, le lipomodelage peut être pris en charge par l’assurance maladie.

l'intervention

Elle est réalisée sous anesthésie générale et dure la plupart du temps entre 1 et 2 heures. Cependant, si l’intervention est associée à d’autres gestes opératoires, elle peut durer plus longtemps.

Après avoir prélevé la graisse dans le site donneur au moyen d’une canule, la graisse est centrifugée pour séparer les cellules graisseuses intactes des autres éléments que l’on ne peu greffer. En effet, l’huile, les sérosités ne peuvent être greffées.

 

Le Dr. Paradol injecte ensuite les cellules graisseuses intactes toujours au moyen d’une canule et par des micro-incisions de 1 à 2 mm à divers endroits du sein.

 

Il faut souligner qu’il s’agit d’une greffe de cellules vivantes. Il faut donc que la greffe prenne, que le site receveur ne rejette pas la greffe. S’agissant des propres tissus de la patiente, le taux de succès est élevé. 60 à 70 % des cellules greffées resteront en vie, on procède donc à une surcorrection pour pallier aux 30 à 40 % de cellules graisseuses qui ne survivront pas.

 

Le fait que la cellule graisseuse soit vivante implique que les évolutions de poids de la patiente auront une conséquence sur le volume de ces cellules greffées. C’est pourquoi il est important que la patiente ait un poids stable.

 

Le chirurgien aura pratiqué une véritable lipoaspiration (lipossuccion) du site donneur, c’est aussi la raison pour laquelle le site donneur doit comporter une masse suffisante de cellules graisseuses.

La patiente est ensuite dirigée en salle de réveil. Après le passage du chirurgien, la patiente est transférée dans sa chambre. En général, l’hospitalisation dure une journée entière. Le chirurgien fait sa visite le lendemain matin et c’est lui qui valide la sortie de la patiente. Néanmoins, cette technique est de plus en plus souvent proposée en ambulatoire. Le cas échéant, la patiente peut rentrer chez elle le soir même de l’intervention.

Après l'intervention

Les douleurs sont assez modérées mais peuvent être plus présentes sur les sites donneurs. On y pallie très efficacement au moyen d’un traitement antalgique adapté.

 

Les seins et la zone lipoaspirée présentent généralement des gonflements (oedèmes) dans les 48 heures après l’intervention. Ils disparaissent en 3 à 4 mois. De même, on constate des bleus (ecchymoses) qui disparaissent en 10 à 20 jours.

 

La patiente peut être fatiguées, surtout en cas de liposuccion importante.

 

Il est déconseillé de s’exposer au soleil dans le mois qui suit l’intervention, ceci pour éviter des tâches de soleil sur les zones opérées.

 

Point clés

  • Une journée et une nuit d’hospitalisation
  • Port des pansements pendant 8 jours
  • Port d’un soutien-gorge de contention pendant 1 mois
  • Premiers résultats à 1 mois
  • Résultats définitifs en 3 à 6 mois
  • 3 à 5 jours d’indisponibilité professionnelle
  • 1 mois sans activité sportive

Rétro-planning

• 2 à 3 mois avant la chirurgie

   -Prise de rendez-vous

   - 1ère consultation et élaboration du devis

• 1 mois avant la chirurgie

   - 2° consultation

   - Consultation d'anesthésie et bilan pré-opératoire

• Chirurgie

   - J0: hospitalisation et intervention

   - J1: Retour à domicile

• Période Post-opératoire

   - J 3- J 5 reprise du travail et contrôle post-opératoire

   - J 21 massage des cicatrices

   - J 28 arrêt du port du soutien-gorge de contention et reprise progressive du port de charge

   - A 1 mois reprise du sport

• Surveillance

   - Entre 4 et 6 mois : 2° visite de controle

   - La poitrine retrouve un aspect plus naturel

   - A 1an : résultat définitif

• Suivi

   - Contrôle annuel

Résultat

Au bout d’un mois, on a une bonne idée du résultat final mais celui ci est définitif au bout de 3 à 6 mois.

 

Les patientes sont généralement très satisfaites du résultat car elles notent une amélioration de la silhouette et de la qualité de la peau de la poitrine qui aurait pu être abîmée par l’ablation du sein.

photo

Définition

0

Définition

Reconstruction mammaire par lipostructure

Définition

La reconstruction mammaire par lipostructure permet aux patientes atteinte du cancer du sein de reconstruire leur sein perdu. Plusieurs techniques sont possible et adaptés à chaque situation.

Définition

71